Comment savoir si vous optez pour l’adhésif structural adapté à votre application ? Parmi les nombreux adhésifs structuraux que l’on retrouve sur le marché, il n’est pas aisé de faire le tri et  de sélectionner celui qui fera parfaitement le travail.

Pour vous aider, nous reprenons ici les quelques questions exploratoires qui peuvent vous orienter vers le produit adapté à votre application.

Essentiellement, on peut se poser deux séries de questions, les premières questions concernent directement A) l’assemblage; les secondes  B) les conditions de travail

QUELLES SONT LES CARACTÉRISTIQUES DE VOTRE ASSEMBLAGE ?

1) Quels sont les substrats à assembler ?

En premier lieu, il faut se demander s’il s’agit d’un assemblage hybride ou simple.

Autrement dit d’un assemblage de deux substrats composés de matériaux différents ou de deux pièces faites dans un même matériau.

Lorsque l’on cherche à assembler deux substrats différents (thermoplastiques, résines thermodurcissables, caoutchouc, composites, polyester, métaux, bois, béton), il peut-être recommandé de sélectionner des adhésifs à haute performance capables de suivre les courbes d’élongation respectives (coefficient d’expansion thermique)  de chacun des matériaux. C’est un critère particulièrement important, lorsque l’assemblage doit supporter de fortes chaleurs ou d’importants écarts de température.

C’est d’ailleurs en parfait lien avec la seconde question qui peut être posée

2) Dans quel environnement sera placé l’assemblage ?

Ainsi l’assemblage sera t-il soumis à la chaleur, ou à des  variations  de températures. Sera t-il placé dans un environnement chimique agressif ?

3) De quelle façon travaillera l’assemblage ?

Travaillera t-il en flexion, tension, compression ? Il faut notamment tenir compte du fait que dans un environnement où la vibration et l’impact sont omniprésents, l’adhésif doit présenter une belle résistance en impact.

Par exemple, prenons le cas d’un assemblage de pièces placé dans un véhicule routier, il faudra tenir compte non seulement de notre climat canadien, mais aussi des impacts, de la vibration et des produits chimiques tels l’essence, l’huile moteur, l’antigel, etc…

Ensuite, la deuxième série de questions concerne davantage l’environnement et les contraintes de travail dans lequel l’adhésif sera appliqué. Elles devraient permettre de pointer plus précisément vers un produit dont les caractéristiques d’utilisation (caractéristiques typiques: viscosité, temps de cure, temps de prise) seront mieux adaptées aux exigences de votre application.

QUELLES SONT LES CONTRAINTES D’APPLICATION DE L’ADHÉSIF  ?

Dans un second temps, réfléchir aux conditions et contraintes d’application de l’adhésif devrait permettre de déterminer la viscosité et le temps de vie en pot.

4) L’application de l’adhésif sera t-elle verticale ou horizontale ?

Cela va déterminer la viscosité et le niveau de thixotropie requis, ou consistance idéale du produit. Pour une application à la verticale nous recommanderons d’utiliser un adhésif thixotropique, dont la consistance ressemble à un gel. (Lisez en davantage sur les résines thixotropiques).

En présence de “gaps” ou d’espaces entre les pièces à assembler, par exemple des planches de contreplaqués ou de métal, il est bon de ne pas utiliser un adhésif de basse viscosité pour éviter les irrégularités.

A l’inverse sur une surface en bois, ou surface poreuse plane, une basse viscosité permet à l’adhésif de bien mouiller le substrat…

5) Dans quel type d’environnement (usine, extérieur, intérieur) ?

Les conditions de travail peuvent avoir un impact considérable sur le résultat, autrement dit, la performance de l’assemblage.

Lorsque l’adhésif se présente sous la forme de deux composantes, la polymérisation du mélange est affectée par les conditions de températures. Plus il fait chaud, plus le temps de vie en pot est raccourci. Par conséquent, vous avez moins de temps pour appliquer la colle.

En outre, si vous optez pour un adhésif à base polyuréthane, tenez compte du taux d’humidité. En effet, la partie B des polyuréthanes y est sensible et peut se dégrader.

6) Les pièces sont-elles de grande dimension? Quelle sera la technique d’application ?

Ces questions sont aussi déterminantes pour estimer le temps de vie en pot que doit offrir le produit.

De même, suivant la technique d’application le temps requis pour appliquer le produit va également changer.

On peut orienter vers un produit en tenant compte de la possibilité de l’appliquer avec certains équipements spécifiques ou suivant des techniques particulières. Les techniques varient grandement ; Cela peut se faire manuellement au moyen de pinceau, rouleau, cartouche ou avec un équipement pneumatique ou à l’aide d’équipement dédié, machine spécifique.

Parfois, il peut être judicieux d’opter pour un produit dont le temps de vie en pot est relativement long. Ainsi avec un matériau poreux, comme le bois, la colle a le temps de pénétrer les interstices et porosités du ou des substrats: l’assemblage n’en sera que plus performant.

Il va de soi cependant que cela va jouer sur un autre paramètre, ce qui nous amène à la question suivante…

7) Pouvez-vous attendre ou l’assemblage doit-il être manipulé rapidement (15 minutes, 2 heures, 24 heures , etc…) ?

En effet, plus le temps de vie en pot est long, plus le temps de polymérisation ou temps de cure nécessaire à l’assemblage pour “prendre” sera rallongé.

A l’inverse de l’exemple précédent, il faut avoir conscience que, plus on raccourcit le délai de cure, moins bonne risque d’être l’adhésion car l’adhésif a moins le temps de pénétrer les porosités.

 

L’EXEMPLE DU TECHNO LAM 8090

Logo réalisé à base de polystyrène et de TEchno LAM 8090

Avant de conclure et pour mieux illustrer le propos, prenons l’exemple du Techno LAM 8090; la plus populaire de nos résines à laminer époxyde.

Sa basse viscosité, sa légère thixotropie et ses excellentes propriétés de mouillage, en font un adhésif idéal pour l’assemblage de planches de polyuréthane. Offrant également une haute résistance à l’eau et à l’humidité, c’est un adhésif parfaitement indiqué dans des applications d’usinage CNC.

Pour mieux accommoder notre clientèle, ce système est disponible avec 3 versions de temps de vie en pot : soit 12 minutes (F),  52 minutes (M) et 73 minutes (LPL) selon les besoins.

Ainsi, on optera pour la version la plus en adéquation avec la technique d’application et la nécessité de manipuler plus ou moins rapidement l’assemblage. Il arrive même dans certains cas que nous recommandions à nos clients d’utiliser deux versions différentes d’un même produit suivant la saison.

 

En conclusion, Il y a beaucoup de paramètres à prendre en compte. L’analyse de l’ensemble des requis et contraintes permet d’orienter vers un adhésif approprié. Retenez essentiellement que le choix spécifique d’un adhésif sera d’abord déterminé par le type d’assemblage, puis par le taux de viscosité et le temps de vie en pot requis pour votre application.

Leave a Reply

Your email address will not be published.